Anna Freud, son père-analyste et leur transfert

Max Graf analysait son fils, Herbert, le petit Hans, sous la supervision participante de Freud ; Sándor Ferenczi analysait sa maîtresse, Gizella Palos, puis Elma Palos, fille de la première et aussi sa maîtresse, également sous la supervision bienveillante et participante de Freud ; Edoardo Weiss analysait son fils, conseillé par Freud ; on se questionne sur les raisons de Freud de s’insurger contre Ernest Jones quand celui-ci critique l’analyse qu’il conduit d’Anna Freud, sa fille. Comme nous voyons, la pratique intra familiale de la psychanalyse était assez répandue.

Freud propose une vision très restreinte et restrictive de du contre-transfert, qui serait ce que le patient induit chez l’analyste et ce que celui-ci éprouve, comme dans le cas de Sabina Spielrein et Jung. La lecture comparative du texte de Freud «“On bat un enfant”.  Contribution à l’étude de la genèse des perversions sexuelles » et de celui de sa fille, Anna Freud, « Fantasmes de fustigation et rêverie diurne » montre que l’articulation entre transfert et contre-transfert dégagée de cette cure analytique d’une fille par son père va bien plus loin que le simple éprouvé de chacun. Elle a une incidence sur les théories que chacun élabore, sur leurs avancées et sur leurs travers.

à l’écoute

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

ou en téléchargement : Anna Freud et son pere. Transfert et Contre transfert..

Ce contenu a été publié dans Séminaires, Société de Psychanalyse Freudienne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.