Enjeux du contre transfert

Sabina Spielrein, Elma Palos, Jung, Ferenczi et Freud.

Contre-transfert : enjeux, histoires.

Freud créé le concept de contre-transfert pour rassurer Jung et lui expliquer ce qui se passe entre lui et sa patiente, Sabina Spielrein. Les deux hommes se livrent à un véritable marivaudage. Sabina, pour sa part, le vit d’une manière dramatique.

Curieusement, Freud n’utilise pas son nouveau concept pour expliquer ce qui se passe entre Ferenczi et Elma Pálos, alors que cette histoire à Budapest est isomorphe à celle qui a eu lieu à Zurich. Au contraire, face à Ferenczi, Gizella et Elma, Freud mentionne son contre-transfert à lui-même, qui ne l’a pas surmonté. Peut-être s’est-il rendu compte que Gizella a été le nom de celle dont il a été très amoureux à son adolescence, avant de décider d’en proposer le sacrifice pour la création, avec son ami Eduard Silberstein, de leur Academia de los Perros. Gizella est la première victime d’un sacrifice humain dans les écrits de Freud, bien avant sa fable du meurtre du père.

Plus tard, après Ferenczi, Freud reliera le contre-transfert à la métapsychologie.

Celle-ci, comme le montre le destin du contre-transfert dans l’œuvre et dans la vie de Winnicott et de Masud Khan, n’est pas une formation endogène, mais s’inscrit dans la vie de chacun.

à l’écoute

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

ou en téléchargement : Sabina Spielrein, Elma Palos, Jung, Ferenczi et Freud..

Ce contenu a été publié dans Séminaires, Société de Psychanalyse Freudienne. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.