Je suis Schreber, rien que Schreber.

Freud à Ferenczi, le 3 décembre 1910 : «Je suis Schreber, rien que Schreber»


Le cas Schreber

Schreber et la paranoia

Freud et Schreber

« Cela m’a vraiment causé de l’émoi et de la joie que vous sachiez rendre pleinement hommage à la grandeur de l’esprit de Schreber »
Jung à Freud, le 29 septembre 1910

« Je partage votre enthousiasme pour Schreber; c’est une sorte de révélation »
Freud à Jung, le 1er octobre 1910

« Je suis tout Schreber et veux mettre mon orgueil à vous apporter le manuscrit à Munich »
Freud à Jung, le 3 décembre 1910

« Ce pas dans la psychiatrie est sans doute le plus hardi que nous ayons entrepris jusqu’à présent »
Freud à Ferenczi, 16 décembre 1910

Les Mémoires d’un névropathe , de Daniel-Paul Schreber, est le meilleur manuel de psychiatrie jamais écrit, selon Freud. Son auteur aurait du être nommé directeur d’hôpital psychiatrique.
Pourtant, entre 1911 et 1949, les Mémoires et son auteur seront relativement oubliés, jusqu’à ce que Katan relance les études sur les psychoses à partir de ce livre. Il sera suivi par Niederland aux Etats-Unis, Fairbairn en Grande-Bretagne, Baumeyer en Allemagne, Calasso en Italie, mais surtout Lacan, en France, qui bénéficie de ces apports.

« Le saisissant, c’est que Schreber est un disciple de l’Aufklärung, il en est même un des derniers fleurons »
Lacan, Le Séminaire, livre III, Les psychoses

Et, après Lacan, Mannoni, Green ou Melman en France, Israëls en Hollande, Devreese en Belgique, Busse en Allemagne, Kemple et O’Neill au Canada, Lothane, Weiss, Allison, Roberts aux Etats-Unis, Katz au Brésil et d’autres encore.

Schreber n’inspire plus seulement le théâtre en France ou en Italie, mais l’opéra, le ballet et le cinéma aux Etats-Unis. La psychose, marginalisée, gagne le centre ville.

Ce site est ouvert aux différentes recherches. Il en présente quelques unes.

Sigmund Freud - 1891

Daniel-Paul Schreber - 1901

Sigmund Freud - 1922
Ce contenu a été publié dans Livres, Psychoses. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.