Les controverses entre Anna Freud et Mélanie Klein.


L’histoire du mouvement psychanalytique se nourrit parfois de quelques mythes. Ils peuvent déranger la compréhension des moments d’élaboration d’une pensée, des enjeux qui l’ont fait naître, de son orientation. Ils peuvent conforter des positions conservatrices ou imposer certaines voies à la pensée qui cherche à se développer sans se débarrasser des légendes qui l’entourent. La cure psychanalytique des enfants d’une part, le conflit entre Anna Freud et Mélanie Klein d’autre part ont servi à la création de ces mythes. Il y a d’abord une légende sur l’extension et sur la persistance de ce conflit, et aussi une autre sur ses lieux, entre Vienne, Londres et New York. Elles servent souvent à masquer les véritables enjeux des questions relatives à la présence de la pédagogie à l’intérieur de la psychanalyse — formulation plus moderne du vieux problème portant sur la présence de la suggestion à l’intérieur de la cure analytique — et du rôle du contre-transfert dans l’appréciation du transfert. Ces deux questions ont leurs ramifications, qui ouvrent parfois des nouvelles pistes de recherche, mais qui peuvent aussi créer de nouvelles légendes psychanalytiques.

La suite…

Traduction : Les controverses entre Anna Freud et Mélanie Klein,

(1941-1945),

Presses Universitaires de France, Paris, 1996.

Ce contenu a été publié dans Bibliographie, Livres, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.