Les sources de la psychanalyse.

Entre Freud et Ferenczi.

Au sujet de : Service du prof. Marie-Rose Moro. (29 novembre 2012)

à l’écoute

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

ou en téléchargement : Les sources de la psychanalyse..

La psychanalyse est issue de l’auto-analyse. C’est une évidence. Freud insiste fortement sur ce point, à plusieurs reprises, pendant longtemps.

L’auto-analyse, pour sa part, a une longue histoire, qui commence avec le précepte socratique et vient jusqu’à Kant, qui met tout un chacun en garde contre les dangers de l’auto-observation, porte ouverte au délire [1]. Freud déjoue celui-ci en établissant des paramètres à l’auto-observation, en écrivant et en imaginant ses correspondants.

Ces paramètres sont : la sexualité, le rêve et le souvenir d’enfance. D’autres s’y ajoutent, comme la psychopathologie de la vie quotidienne, l’utilisation de la nosographie psychiatrique, l’interprétation des œuvres littéraires ou artistiques du point de vue de la théorie qu’il bâtit à partir de ces trois premiers paramètres.

L’écriture est autant épistolaire que clinique ou théorique. La correspondance est le véritable terreau de la construction théorique et de son élaboration. Elle sert aussi comme support à la discussion clinique. En grande partie, la psychanalyse appartient à l’histoire de la littérature épistolaire plus qu’à l’histoire de la psychiatrie, de la psychologie, de la psychopathologie, bien plus qu’à l’histoire de la critique d’art et même de la littérature, malgré l’inspiration que Freud y trouve.

*****************

[1] « Cette observation de soi est une réunion méthodique des perceptions faites sur nous-mêmes, ce qui fournit à celui qui s’observe la matière d’un journal intime et conduit facilement à l’exaltation et au délire. » E. Kant (1797), Anthropologie du point de vue pragmatique, Paris, J. Vrin, 1964, traduction M. Foucault.
Ce contenu a été publié dans Conférences, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.