Fondements freudiens de la formation de l’esprit ou L’éveil de la curiosité chez l’enfant.

Roman familial du névrose, complexed’Oedipe.

L’apport de la psychanalyse. Cours de L1. 30 novembre 2012

à l’écoute

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

ou en téléchargement : Théories sexuelles infantiles.

Les théories sexuelles infantiles, le roman familial du névrosé et le complexe d’Œdipe possèdent une puissante cohérence interne, qui les relient les uns aux autres et forment la première théorie complète de l’esprit, avant que celui-ci ne s’envole à la découverte du monde, conçu d’abord sur le modèle des passions familiales, après que la famille elle-même ait été formée à l’image de l’univers qui l’entoure.

Les théories sexuelles infantiles visent à répondre à des questions relatives à la naissance : comment suis-je né, comment naissent les enfants, comment surgissent les êtres humains ? Les réponses à ces questions supposent une origine orale et anale, la conception étant orale et la naissance anale. Ce sont les modèles que l’enfant peut immédiatement appréhender dans son propre corps.

Arrivé à cet stade, dégoûté par les excréments et par le soupçon naissant de la sexualité, l’enfant se détourne de sa famille et s’invente un roman familial du névrosé. D’abord, il serait l’enfant d’autres parents, imaginés comme grandioses, un roi et une reine, un lointain prince et une princesse éloignée. La présence quotidienne de la mère transformera ce roman idyllique et donnera forme au fantasme de la mère putain, ayant appartenu au roi et appartenant maintenant à cet homme présent. Sa présence quotidienne à lui sera source du fantasme du père voleur et bandit. La maman et la putain, le roi et le brigand peuplent le roman familial.

Père et mère installés dans leur réalité fourniront l’occasion du déclenchement des passions œdipiennes : écarter le père et posséder la mère, pour le garçon ; éloigner la mère et posséder le père, pour la fille. Ces passions, ainsi manifestées dans leur positivité, s’organisent aussi de manière négative : écarter la mère et posséder le père, pour le garçon ; éloigner le père et posséder la mère pour la fille. Leur succession rapide et instable permettra à l’un et à l’autre de découvrir leurs désirs, certainement articulé à ceux des parents et de leurs entourages. Oncles, tantes, grands-parents et autres familiers apportent les signifiants qui permettent à l’enfant d’organiser une chaîne signifiante où prend forme son discours et son désir.

Ce contenu a été publié dans Cours, UBO M1, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.